Bannir les cendriers publicitaires

La publicité profite de la moindre occasion pour se faufiler partout. Avec l’interdiction de fumer dans l’horeca, elle s’affiche désormais sur des cendriers en pied placés devant les établissements, échappant ainsi à toute autorisation et taxation. Or, l’Agence Bruxelles-Propreté prévoit de fournir des tels cendriers aux commerçants… Une question orale à Emir Kir, en commission de l’environnement du mardi 18 mars 2008

Mme Céline Delforge.- Depuis l’entrée en vigueur de l’interdiction de fumer dans les restaurants, fleurissent sur nos trottoirs des cendriers ornés de publicités. Une société privée a en effet trouvé là un moyen facile de vendre des espaces publicitaires en voirie sans demander la moindre autorisation et sans payer la moindre taxe relative à l’affichage publicitaire. Étant donné la forte pression publicitaire qui règne déjà dans notre espace public, ce type de procédé n’est certainement pas souhaitable pour l’image de notre Région.

Par ailleurs, lors d’une interview relayée dans la presse écrite, vous avez annoncé avoir chargé l’Agence Bruxelles-Propreté (ABP) d’élaborer un plan pour équiper les commerçants de certaines artères commerciales de Bruxelles de cendriers sur pied. Cet équipement serait lié au contrat que les commerçants concluent avec l’ABP.

Une telle solution permettrait de résoudre les problèmes de propreté publique liés à l’absence de cendriers devant les établissements. Ce serait également l’occasion d’assurer une uniformité de ce qui pourrait s’apparenter à une nouvelle forme de petit mobilier urbain, et éviterait donc une dégradation de la physionomie de nos rues. Je ne doute pas que, en tant que secrétaire d’Etat aux Monuments et Sites, vous y soyez également sensible.

Voici mes questions: Quel est l’état d’avancement du projet lancé par l’ABP ? Le dispositif peut-il être élargi à tous les établissements non-fumeurs de la Région ? Le contrat liant commerçants et ABP pourrait-il prévoir une clause d’exclusivité interdisant le placement de cendriers publicitaires à côté des cendriers fournis par l’ABP ? Pourrait-il imposer l’usage exclusif des cendriers fournis par l’ABP, ce qui nous permettrait, sans nouvelle réglementation, de stopper un nouvel envahissement publicitaire ?

Mme la présidente.- La parole est à M. Kir.

M. Emir Kir, secrétaire d’Etat.- Je tiens tout d’abord à vous dire que je rejoins pratiquement tous vos propos, notamment par rapport à l’affichage publicitaire sur les cendriers. J’ai refusé que l’ABP fasse partie des entreprises qui affichent une publicité sur ses cendriers. Une entreprise privée est à l’initiative de cet affichage. En matière de propreté publique comme dans d’autres domaines, les pouvoirs publics doivent montrer l’exemple, d’où notre ambition d’un plan couvrant l’ensemble de la Région.

Depuis l’interdiction de fumer dans les restaurants, des problèmes de propreté liés aux jets de mégots de cigarettes sur la voirie sont en effet apparus aux abords de certains établissements. J’ai pu le vérifier en faisant le tour des communes, notamment à Ixelles, où les échanges ont été nombreux avec l’échevine de la Propreté, son administration et le bourgmestre. Des problèmes propres à la chaussée d’Ixelles et à la chaussée de Wavre se retrouvent aussi dans d’autres communes et nous en avons fait l’une de nos préoccupations.

De façon tout à fait claire, une action est à mener au niveau des communes, notamment pour ce qui concerne la réglementation du placement de cendriers urbains, plus encore lorsqu’ils sont affublés de messages publicitaires. En ce qui me concerne, je souhaite pouvoir offrir de tels équipements aux clients privés de l’ABP ayant conclu un contrat commercial pour l’enlèvement de leurs déchets. Ce projet est à l’étude et l’administration devrait me faire rapport dans les semaines qui viennent. Les questions posées sont notamment celles de la solidité, de la sécurité d’utilisation et du vidangeage.

Il est nécessaire que ce nouveau type de mobilier urbain corresponde aux besoins de tous ses utilisateurs. Des questions d’esthétique et d’urbanisme ont également été soulevées. Je ne manquerai pas de vous informer des solutions qui seront prochainement retenues en la matière. Le dispositif pourrait bien entendu être élargi à d’autres utilisateurs. J’en débattrai notamment avec les dix-neuf communes, pour proposer des solutions pratiques à cette nouvelle question de propreté publique.

Enfin, soucieux comme vous de l’image de la Région et de la nécessité de limiter les messages publicitaires sur les voiries publiques, je demanderai à l’Agence d’aller dans le sens de votre proposition, à savoir une utilisation exclusive des cendriers fournis par l’ABP. Il n’est en effet pas nécessaire de multiplier les dispositifs. Pour être précis et concret quant à ce plan, nous commencerons l’équipement de cendriers sur pied pour les commerçants par la commune d’Ixelles, qui a été l’une des premières à m’interpeller. Nous espérons débuter la mise en oeuvre de ce plan à partir du mois de juin.

Mme la présidente.- La parole est à Mme Delforge.

Mme Céline Delforge.- La réponse du secrétaire d’Etat est on ne peut plus satisfaisante. Je lui suggère cependant d’accélérer le processus au niveau de l’horeca, qui est la première victime des monceaux de cigarettes ou de la multiplication des cendriers publicitaires devant ses portes.

Mme la présidente.- Il est vrai que cela pose aussi la question de la privatisation de la voirie publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *