Mobilité à Bruxelles : l’urgence, c’est maintenant

Fermetures de tunnels qui se multiplient, annonce de l’abandon du RER par la Ministre Galant, financement du métro Nord introuvable, … les effets d’annonce et la politique gadget ne suffisent plus à masquer l’ampleur du problème que représente la mobilité dans et vers Bruxelles.

tunnels

Il y a quelques mois encore, le Ministre Smet soutenait devant le Parlement que la mise en œuvre d’un vrai service RER était assurée pour le prochain plan de transport de la SNCB

Il y a quelques semaines encore, il persistait, au nom du Gouvernement, dans le choix d’une rénovation du tunnel Léopold II qui coûtera au minimum 660 millions d’€ et pour laquelle, faute de moyens, la Région souhaite faire appel à un Partenariat Public Privé.

Depuis plusieurs mois, l’opposition réclame en vain une étude commanditée par le Gouvernement et qui ferait état d’un manque de 2 à 3 milliards d’€ pour financer les projets d’infrastructure pour les transports publics.

Bons ou mauvais, plusieurs projets ont été abandonnés par le Gouvernement. Les prétextes sont divers mais la vraie raison est qu’il n’y a plus d’argent. En effet, le pharaonique projet de Métro Nord pour lequel le Gouvernement dispose moins que jamais du financement est devenu une obsession qui justifie le sacrifice de tous les autres projets. Il suffit de penser au tunnel Meiser, au tram 71, au tram vers Tour et Taxis, ou au projet Pulsar d’automatisation du métro existant. Tout cela pour une infrastructure de 5 km qui, au mieux, verrait le jour dans 10 ans.

Par ailleurs, le Gouvernement bruxellois ne semble pas vouloir voir que, faute d’amélioration rapide, de plus en plus d’entreprises sont tentées de se tourner vers les zones économiques de la périphérie flamande et wallonne. Ni que les ménages bruxellois continuent de quitter la Région, leurs temps et leurs conditions de déplacements dans celle-ci n’étant, au final, pas meilleures que s’ils venaient de l’extérieur.

La députée bruxelloise Céline Delforge l’a dit et répété depuis plusieurs années : « il faut rediriger les moyens vers des solutions rapides, faciles à mettre en œuvre, moins coûteuses en investissements et qui ont fait leurs preuves dans de nombreuses autres villes » . C’est dans cet esprit que fut développé le concept de Réseau Express Bruxellois (REB) qui consiste à faire rouler des trains dans Bruxelles en utilisant le réseau ferré existant et actuellement sous-exploité. C’est parfaitement possible et compatible avec le trafic existant.

Aujourd’hui, ce n’est plus une question de choix mais de responsabilité. Tous les moyens disponibles doivent être orientés dans ce sens si on ne veut pas d’une Région totalement paralysée, que les entreprises souhaitent quitter, où les habitants étouffent, et bientôt financièrement exsangue. On ne peut plus essayer de dédoubler l’espace par des infrastructures souterraines terriblement coûteuses, comme on mettrait la poussière sous le tapis.

C’est pourquoi Ecolo demande :

– que l’on profite de la fermeture imposée du tunnel Stéphanie pour étudier différents scénarios alternatifs en surface, faisant la part belle au transport public, au vélo et à la marche

– que des plans similaires soient préparés pour le jour manifestement inévitable où d’autres tunnels devront être fermés pour éviter le chaos qu’on connaît ces jours-ci. Une résolution en ce sens sera déposée au Parlement.

– de renoncer à investir dans la rénovation du tunnel Léopold II et préférer la mise en place de nouvelles solutions

– de réorienter les moyens prévus pour le Métro Nord vers une intensification du réseau de surface, qu’il s’agisse de créer de nouvelles lignes de bus ou de tram à haut niveau de service ou de renforcer les lignes actuelles

– d’aménager d’urgence des couloirs cyclistes réellement sécurisés, à commencer par l’avenue Louise.

– d’entamer de façon volontariste des négociations avec le Gouvernement fédéral pour mettre en exploitation dès le prochain plan de transport une première phase de Réseau Express Bruxellois avec des demandes précises en termes de haltes à desservir, d’horaires et de fréquences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *