Le Réseau Express Bruxellois (REB), une vraie solution pour la mobilité à Bruxelles

Conférence de presse tenue le 21 mai 2013, avec Céline Delforge, députée bruxelloise, et Arnaud Pinxteren, secrétaire régional Ecolo

 

Bruxelles, région championne des embouteillages, comme le déplorait encore l’OCDE ces dernières semaines, paye un lourd tribut à son record de congestion. Mobilité peu performante, pollution de l’air liée à l’importance du trafic automobile, bruit, perte d’espace, problèmes de santé publique et handicap économique sont les conséquences de cette situation.

Capitale et poumon économique du pays, Bruxelles accueille chaque jour 350 000 navetteurs et 150000 visiteurs venus de Flandre et de Wallonie mais doit également répondre aux besoins de déplacement à l’intérieur de la Région. Paradoxalement, il est souvent plus rapide de rejoindre Bruxelles en transports publics depuis l’extérieur que de s’y déplacer.

Par ailleurs, les problèmes de stationnement et de congestion sont quotidiens et la demande d’alternatives à la mobilité automobile ne cesse de croître, tant du côté des navetteurs que des Bruxellois eux-mêmes, aspirant à une qualité de vie meilleure.

Plus de trams, plus de bus, plus de métro ? Oui mais pas si facile !

Pour cela, il est crucial d’augmenter rapidement et drastiquement l’offre de transports publics en Région bruxelloise, tant en quantité qu’en efficacité. Mais bus et trams ne sont réellement efficaces que lorsque des sites propres leur sont consacrés, aménagements qui se heurtent malheureusement souvent à des réticences locales. Le métro reste particulièrement coûteux et lourd en termes d’infrastructures, tant et si bien qu’il ne constitue pas une solution ni court ni à moyen terme.

Une solution prête à l’emploi existe !

Bruxelles dispose pourtant déjà d’un important réseau de voies ferrées en site propre ; il s’agit du réseau de la SNCB : 29 gares reliées entre elles par 162 km de voies ferrées. Mais une bonne partie de ce réseau et de ces gares sont sous-exploitées par la SNCB. Deux exemples : – la ligne 124 met Uccle Stalle à 12 ou 13 minutes de Bruxelles-Centrale mais il ne s’y arrête qu’un train par heure (et il est limité à Bruxelles-Midi le week-end) – la ligne 26 met la gare d’Evere à 19 minutes de celle de Saint-Job, mais il n’y a que deux trains par heure jusque 19h51 et plus aucun le samedi ni le dimanche.Ce réseau important et sous-exploité doit absolument être mobilisé pour compléter l’offre de transports publics des Bruxellois et de ceux qui viennent travailler dans la capitale.

LA SNCB doit et peut montrer son engagement pour Bruxelles, pour une meilleure mobilité et un meilleur cadre de vie dans notre région.

Concrètement

- Ecolo a dessiné un tracé de REB en deux phases qui permet de rapidement doter la Région bruxelloise d’une offre supplémentaire, capable de desservir des quartiers actuellement délaissés par le transport public ou de relier directement des zones actuellement peu ou pas connectées entre elles.

Une phase I sans investissement et dès 2014

Afin de répondre à l’urgence des besoins, une première phase est proposée. Son avantage est qu’elle ne nécessite pas un euro d’investissement en infrastructure et peut être mise en oeuvre en quelques mois. Elle prend par ailleurs en compte la disponibilité de matériel roulant de type Desiro qui est actuellement stocké dans des dépôts dans l’attente de la mise en service du RER à l’horizon 2025.

La ligne A suit le tracé de la ligne 26 de Moensberg à Haren en passant par Saint-Job, Vivier d’Oie, Boondael, Arcades, Delta, Mérode, Meiser, Evere et Bordet. Elle rejoint ensuite la ligne 25 qui redescend vers Schaerbeek et Bruxelles-Midi en empruntant le pertuis 5-6 de la Jonction Nord-Midi qui, paradoxalement et contrairement aux idées reçues, n’est pas saturé (l’organisation actuelle des lignes SNCB rabat le trafic sur le versant ouest de la Jonction.)

La ligne B offre une connexion rapide entre Berchem-Sainte-Agathe ou Jette et la Gare du Nord en exploitant le potentiel de la ligne 50.

Une phase II atteinte grâce à des investissements légers

En phase 2, la ligne A est prolongée depuis la Gare du Midi vers la station Wiels (nouvelle station à créer le long de la zone d’intérêt régional Van Volxem), Forest-Est (à proximité du centre de Forest et de la salle de Forest-National), Uccle Stalle, Uccle Calevoet et Moensberg où un nouveau rebroussement serait aménagé pour permettre le retour vers le centre.

Sur le tronçon est de cette ligne, une fois le tunnel Schuman-Josaphat mis en service, le REB desservirait les stations « Etterbeek », « Germoir », « Luxembourg », « Schuman » et « Jamblinne ». Deux nouvelles stations réclamées de longue date par les autorités bruxelloises, viendraient compléter cet axe : « Verrewinkel – Lycée français » et « Terdelt » (sur la ZIR Josaphat).

En phase 2, la ligne B relie Berchem-Sainte-Agathe à Boitsfort en passant par le Quartier européen, offre une liaison Nord-ouest / Sud-est inédite. L’exploitation de cette ligne connectant la ligne 50 et la ligne 161 nécessite d’ajouter une voie dans le petit tunnel existant qui traverse le « Quadrilatère » (sous les lignes 25, 27 et 36).

De nouvelles stations REB viendraient ponctuer cette ligne : Ganshoren, Parcs royaux (qui desservirait les parcs Albert 1er et Baudouin ainsi que l’UZ), Laeken, Cage aux Ours, Parc Josaphat, Saint-Josse et Germoir. Idéalement, une nouvelle station devrait être créée en bordure Quadrilatère lui-même pour offrir une jonction supplémentaire entre les deux lignes du REB. Mais cette station devrait s’inscrire dans un projet immobilier et urbanistique plus global en partenariat avec la SNCB pour créer à cet endroit un nouveau pôle urbain.

De nombreux avantages :

Le REB est une réponse rapide, économe, efficace et complémentaire pour la mobilité à Bruxelles !

Rapide

Ce réseau pourra répondre très facilement aux besoins urgents de mobilité. En première phase aucun investissement d’infrastructures n’est requis. Cela signifie un gain de temps considérable car la première phase du REB ne nécessite aucun permis, aucune étude d’incidences, aucune enquête publique. Nul besoin d’attendre des dizaines d’années de travaux en milieu urbain pour le voir naître.

Econome

En cette période d’austérité budgétaire, le REB offre une réponse peu coûteuse pour résoudre les problèmes de mobilité et de congestion qui coûtent en termes de qualité de vie mais aussi sur le plan économique.

La première phase ne nécessite aucun investissement d’infrastructure. La seconde phase impliquera quelques adaptations d’infrastructure telles que des voies de rebroussement ou la création de quais, d’abris pour les voyageurs et d’accès pour les piétons et PMR.

En matière de coûts d’exploitation, le REB tel que proposé par Ecolo ne représente que moins de 2% des kilomètres parcourus actuellement sur le réseau SNCB alors qu’il s’agit de s’adresser à un public qui représente 10% de la population nationale. Ce n’est certainement pas démesuré. D’autant plus que, en milieu urbain, le taux de remplissage des véhicules sera supérieur à la moyenne et qu’il s’agit d’occuper des sillons non saturés en faisant rouler des trains légers et donc peu énergivores. Autrement dit, un km parcouru sur le réseau REB sera plus rentable que la moyenne, d’autant qu’il s’agit d’utiliser des voies existantes dont l’entretien doit être assuré, avec ou sans REB.

Le REB est aussi une occasion de rénover à peu de frais une série de haltes actuellement peu accueillantes. Point n’est besoin de créer des gares multiservices puisqu’on se trouve en milieu urbain. Pour accueillir correctement les voyageurs, il suffit d’un abri, d’un automate pour la vente de titres de transports et d’un accès de qualité depuis l’espace public.

Efficace Les REB connectera des quartiers et des zones de Bruxelles jusqu’ici difficilement connectés. De même, des zones stratégiques ou des quartiers peu et mal desservis par le réseau STIB La mobilité des travailleurs, des habitants, s’en trouvera nettement améliorée. En effet, une série de sites stratégiques, de première importance pour le développement futur de la Région, seront immédiatement desservis en transport public. Il s’agit de la ZIR Delta, la ZIR Josaphat, la ZIRAD Schaerbeek-Formation (avec une possibilité de connexion future vers NOH), la ZIR Van Volxem et enfin, la Cité administrative.

De même, les poumons verts et les grands équipements de la Capitale seront enfin facilement accessibles à toutes et tous. On peut entre autres relever le parc de la Sauvagère, le Kauwberg, la Bois de la Cambre, le parc Tournay-Solvay, la forêt de Soignes, le parc Josaphat, le stade du Crossing, le complexe sportif Chazal, le centre sportif d’Evere, la future prison de Haren, le centre hospitalier de l’UZ, le Wiels, Forest-National.

Le REB, c’est aussi à terme 39 gares réparties sur 11 communes dont certaines, parents pauvres du réseau STIB, réclament de nouvelles liaisons à cor et à cri :

- Uccle : Moensberg, Verrewinkel (Lycée français), Saint-Job, Vivier d’Oie, Uccle, Calevoet, Uccle Stalle

- Ixelles : Boondael, Gare d’Etterbeek, Germoir, Luxembourg

- Watermael-Boitsfort : Arcades, Watermael, Boitsfort

- Saint-Josse : Saint-Josse

- Schaerbeek : Jamblinne, Meiser, Terdelt (ZIR Josaphat), Parc Josaphat, Cage aux Ours, Gare de Schaerbeek, Quadrilatère, Gare du Nord

- Evere : Evere, Bordet

- Bruxelles-Ville : Gare du Midi, Chapelle, Centrale, Congrès, Haren, Schaerbeek-Formation (NOH), Laeken, Bockstael, Schuman

- Forest : Forest-Est, Wiels

- Jette : Jette, Parcs royaux (UZ)

- Ganshoren : Ganshoren

- Berchem-Sainte-Agathe : Berchem

Enfin, le REB permet des liaisons entre le Nord et le Sud de la Région mais également entre l’Est et l’Ouest et offre ainsi des connexions inédites mais bien nécessaires.

Complémentaire

Le REB n’est pas une alternative au RER ou une solution « en attendant » le RER. C’est un projet complémentaire à l’offre de transports en commun intra-bruxellois de toute nature. Avec des trains dédiés à la desserte intra-bruxelloise, il devient possible de desservir des gares ou haltes très utiles mais qui ne sont parfois espacées que de quelques centaines de mètres. Or, la SNCB ne s’est jusqu’à présent pas montrée favorable à de nombreuses haltes successives à ses trains RER.

Le réseau REB permet d’arrêter les trains dans des gares parfois rapprochées sans ralentir le reste du trafic toute en menant à bon port une série d’usagers du futur RER qui doivent se rendre dans des pôles moins centraux de Bruxelles.

Le REB est donc parfaitement complémentaire avec le RER et la STIB : ils constitueront ensemble un super-réseau de transports publics autour et dans Bruxelles, au bénéfice des trois régions du pays.

… et deux conditions :

Des fréquences suffisantes pour rendre le réseau attractif

En tenant compte des trains existants, il est possible d’atteindre des cadences d’un passage tous les quart d’heure. Une telle fréquence rend le réseau suffisamment attractif pour qu’il devienne un premier choix pour les usagers bruxellois du transport public. Actuellement, une série de relations intra-bruxelloises peuvent être effectuées très rapidement grâce au train. Malheureusement, la rareté des passages rend cet avantage inopérant.

Une exploitation complète des possibilités de la jonction Nord-Midi

Le tracé proposé du REB emprunte la jonction Nord-Midi. Or la saturation de celle-ci est régulièrement évoquée. Outre des analyses divergentes sur la question, il faut savoir que les trois pertuis qui la traversent ne sont pas exploités tous aussi intensément. Il reste donc des sillons disponibles dans le pertuis 5/6 (côté est) qui peuvent être dédiés au REB.

Ecolo agira aux différents niveaux de pouvoirs concernés par ce projet. Au fédéral, à la Région et dans les communes bruxelloises, nous interpellerons les autorités compétentes afin de créer l’adhésion autour de ce REB, qui devrait contribuer à améliorer significativement la mobilité en région bruxelloise, à moindre coût, à court terme et au bénéfice de tous.

Informations complémentaires :

Céline Delforge, députée Bruxelloise

Arnaud Pinxteren, secrétaire régional bruxellois d’Ecolo

Baptiste Erkes, attaché de presse : 0487/609.905

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *